Avertir le modérateur

vendredi, 01 septembre 2006

Plus de morts en avion cet été que l'année dernière

Voici l'édito d'une spécialiste du tourisme, Pascal Pagnoux, qui anime la newsletter "Tourismexpress". Si l'on rajoute le crash récent de la Comair dans le Kentucky, le bilan s'alourdit encore plus...

Empathie 

Par Pascal PAGNOUX

  Voici encore une occasion de constater que les réactions aux événements sont assez indépendantes des faits. L'an dernier, la fameuse "psychose du charter" nous avait pas mal occupés à cette époque alors que les avions accidentés n'étaient d'ailleurs pas tous des charters. Cette année, sur ce front-là, c'est calme. Et pourtant... L'été 2005, on avait eu, au 22 août, selon le site Aviation Safety Network (Database) l'accident d'un Antonov en Guinée Equatoriale le 16 juillet (60 morts), celui d'un ATR-72 le 6 août en Sicile (16 morts), celui d'un B737 le 14 août en Grèce (121 morts) et celui d'un MD-82 au Venezuela le 16 août (160 morts). Soit un total de 357 morts. Pour la même période de 2006, nous avons eu celui d'un A310 le 9 juillet en Russie (124 morts), celui d'un Fokker-27 le 10 juillet au Pakistan (45 morts), celui d'un Antonov le 3 août au Congo (17 morts) et celui du Tupolev hier en Ukraine (170 morts). Soit un total de... 356 morts. A un mort près, le nombre est exactement le même que celui de l'été dernier pour le même nombre d'accidents. Depuis le début de l'année, il y avait eu, l'an dernier, 105 accidents d'avions dans le monde à la date du 22 août qui avaient fait 710 morts. Au cours de la même période de cette année, il y a eu 100 accidents, soit 5 de moins. Mais ils ont fait 723 morts, soit 13 de plus. On est donc globalement sur le même profil. L'an dernier, la proximité, à deux jours près, des crashes d'Helios le 14 août et de la West Caribbean le 16 avaient mobilisé l'opinion. Mais cette année ceux des 9 et 10 juillet n'ont pas eu le même effet. Outre que la guerre au Liban a monopolisé les gros titres de l'actualité depuis le 12 juillet, il est permis de penser que le fait que les victimes de trois des catastrophes de l'été dernier étaient des ressortissants de pays de l'Union européenne a créé cet état de "psychose" par empathie. La dangerosité du transport aérien a été mesurée à l'aune de la nationalité des victimes.    

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu