Avertir le modérateur

mardi, 17 octobre 2006

APPEL A TEMOIGNAGES

Pour l'écriture d'un nouveau livre d'enquête, nous sommes à la recherche de témoignages de passagers du vol FHY525 de la compagnie charter turque FREEBIRD. Vol IZMIR-PARIS du 27 août 2006 décollage prévu 16h40.

medium_freebird.jpg

Circonstances : APU en panne, le commandant de bord a tenté plusieurs mises en route qui se sont soldées par des échecs. Il aurait annoncé la perte d'une génératrice électrique. Des passagers se seraient rebellés. Des hotesses leur auraient opposé un refus lorsqu'ils ont exigé la réouverure des portes. L'affaire s'est terminée avec la police turque. Vous pouvez me contacter sur francoisnenin@hotmail.com 

vendredi, 13 octobre 2006

Norbert Jacquet, le pilote devenu SDF, a été arrêté

Norbert Jacquet, cet ancien pilote de ligne d'Air France, qui avait fait des révélations sur les imperfections de l'Airbus A 320 juste après le crash d'Habsheim et qui bizaremment, avait été suspendu de vol par l'ex compagnie nationale, puis licencié, aurait été arrêté par la police boulevard Saint-Michel lundi dernier. D'après des informations diffusées sur un forum du site internet eurocockpit (http://www.rcoco.com/viewtopic.php?t=24733&sid=6f76f0...), il aurait passé 48 heures en garde à vue.  
medium_nonoitw3.JPG

On se souvient que la Brigade de Répression contre la délinquance contre la Personne l'avait convoqué à plusieurs reprises pour l'entendre sur le contenu de son site internet. Cette affaire aurait donc trait à la diffamation. 48 heures de garde à vue pour quelqu'un qui ne fait que s'exprimer, est-ce bien approprié ? Nous ne manquerons pas de suivre la suite de cette affaire. car il devrait vraissemblablement être renvoyé en correctionnelle et donc comparaître prochainement.

Pour ceux qui veulent aider Norbert, dont les conditions de vie sont difficiles (c'est un euphemisme), un lien se trouve dans la colonne de gauche du site. Bon courage norbert !

 

jeudi, 12 octobre 2006

Signez la pétition pour Robert Redeker et la liberté d'expression

medium_redeker.jpgLe 20 septembre dernier, le cheikh islamiste Youssef al-Qaradawi livrait le philosophe et enseignant Robert Redeker à la vindicte des fous de dieu. Désigné comme islamophobe pour s'être demandé, dans une tribune du Figaro (édition du 19 septembre), ce « que doit faire le monde libre face aux intimidations islamistes », Robert Redeker est aujourd'hui menacé de mort. Victime d'une fatwa, il a été forcé, lui et sa famille, à la clandestinité. Contraint de se mettre sous la protection de la DST, de quitter sa fonction de professeur de philosophie, de changer de résidence tous les deux jours, de faire face aux frais que cette situation peut occasionner, Robert Redeker a vu son existence basculer, et vit désormais en homme traqué.

 

Pour dire non à l'intimidation et signer : www.petitionredeker.info 

Crash du Mont Sainte-Odile, le livre et les questions qui dérangent

medium_CAG5KL8N.jpg
 
medium_CABIADZB.jpg
C'est le plus grand procès aéronautique de ces vingt dernières années. Ce procès jette une lumière crue sur les pratiques de notre aviation civile et sur les enjeux industriels d'Airbus. le 20 janvier 1992, un Airbus A 320, fleuron de notre aéronautique européenne, s'écrase sur le Mont du Bloss, faisant 87 morts et 9 rescapés. Une énorme polémique naitra sur les conditions invraissemblables et douteuses dans lesquelles les secours seront acheminés. une autre question se fera jour : l'Airbus A 320 était-il opérationnel pour transporter des passagers ? Les défauts récurrents de cet appareil n'auraient-ils pas du entraîner une plus grande prudence dans son exploitation ?
Le procès a duré plus de deux mois pour répondre à ces deux dernières questions, la question des secours ayant été volontairement occultée ! Il en sort un livre, écrit par un journaliste qui n'est pas n'importe qui et dont le destin est assez étonnant. Jean-Claude Boetsch, ancien journaliste reporter d'images à France 3 Alsace était assis 4 ans avant le crash du Mont Saint-Odile... dans l'Airbus A 320 qui s'est crashé à Habsheim. Autant dire qu'il sait de quoi il parle... en matière de crash et d'aéronautique. Cette fois-ci, il était assis au fond de l'immense salle du procès retransmis sur des écrans géants, un peu à l'américaine. Son travail est d'abord un travail de rigueur car il a scrupuleusement noté ce qui se disait au cours des débats, noircissant des dizaines de blocs notes. Au moment où les principaux media avaient plié bagage, c'est à dire après la première semaine, Jean-Claude alimentait quotidiennement  son site internet avec ses notes et permettait aux personnes ne pouvant assister au procès de suivre "en direct" ce qu'il s'y passait. Le livre retrace donc ces deux mois où l'improbable poursuite de la vérité se heurte à des présuposés devenus institutionnels, comme ces  slogans entendus après l'accident d'Habsheim  : "ce n'est pas de la faute de la machine, c'est le pilote". Car l'Airbus A 320 avait été "vendu" comme on a "vendu" le Titanic. Sur le mode, "il ne coulera pas", l'opinion publique de l'époque apprenait de la bouche du concepteur de l'appareil Bernard Ziegler que "même ma concierge pouvait le piloter" et qu'il ne devait jamais s'écraser puisqu'il était "immunisé" contre les erreurs de pilotage. Le prononcé du jugement aura lieu le 7 novembre. Mais que restera-t-il de ce procès ? En attendant de connaître la décision, il est fortement recommandé de lire ce livre car il pose des questions pertinentes et surtout explore des pistes qui semblent ne pas plaire à tout le monde. Dans le chapitre "Dautres pistes pour comprendre", l'auteur relève un certain nombre d'anomalies reflétant "l'analyse trop superficielle de certains aspects techniques par les enquêtes et l'élimination un peu rapide et prématurée de certaines pistes". L'ouvrage se lit bien et l'auteur fait montre d'une certaine pédagogie  avec des petits chapitres explicatifs, comme "le GPWS, c'est quoi". Les pilotes en prennent aussi pour leur grade. Pas ceux qui étaient dans l'avion. Non, ceux qui n'étaient pas là au procès. Alors que les contrôleurs aériens ont lancé une pétition pour soutenir leur collègue sur le banc des accusés, Jean-Claude Boestch pointe du doigt le déintérêt quasi général pour les débats des professionnels du transport aérien, pilotes principalement. Il est vrai que la profession est souvent taxée, à juste raison, d'individualiste. C'est sans doute un mal français car en Espagne, les pilotes ont démontré récemment leur solidarité derrière l'un des leurs injustement licencié, en organisant une grève générale. Enfin, l'auteur assène un terrible constat : "ce procès malgré sa transparence, la longueur des débats, la liberté de parole et d'échanges, n'aura pas permis à la vérité d'apparaître". A l'heure où Airbus va sortir (avec difficultés) son nouveau vaisseau amiral des ateliers de Toulouse, l'A 380, Jean-Claude Boetsch nous envoie un avertissement avec ce livre. Car celui qui ne veut connaître son histoire se condamne à ce qu'elle se répète...  
Prix : 23 euros
Editeur : Jérôme Do Bentzinger Editeur
Pour toute commande, envoyer un mail à l'auteur : a320@crashdehabsheim.net

mardi, 03 octobre 2006

Freine, freine , FREINE !!!!!

Le 7 juin 2006, alors que ce Boeing 747-200F cargo est en train de décoller de l'aéroport de Rionegro/Medellín-José María Córdova (Colombie), un de ses 4 moteurs tombe en panne. Le Jumbo, appartenant à Tradewinds International Airlines, interrompt immédiatement son décollage et freine. Mais le sol est mouillé à cause d'une pluie battante, et le B747 n'arrive pas à s'arrêter avant le bout de la piste. Il parcourt 150 mètres dans l'herbe, subissant d'importants dommages. Les 5 membres d'équipage sont indemnes. La scène a été filmée par les caméras de l'aéroport.

Les images :

 



 

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu